Dear IQSA members,

I have the sad news that Constantin Piron has died on May 9, 2012. He was one of the great scientists in the foundations of quantum physics and quantum axiomatics. The deep sadness I personally feel as one of his students can find some light in the knowledge that the fruits of his mind remain alive. And not only alive, they carry the full potentiality to be developed further. Because, as we all know, quantum physics, which was the focus of reflection during all of his life, remains a great challenge as ever before. Waiting for young fresh brilliant minds to be explored further. I am certain that aspects of the foundations lead by Constantin Piron will play an important role in this future endeavor.

Prof. Diederik Aerts – Center Leo Apostel, Brussels Free University

It is with sadness that I report that Constantin Piron, famous for many things including the Jauch-Piron NoGo-theorem and his reconstruction theorem, and of course his beautiful book Foundations of Quantum Physics, has died at the age of 80. While usually associated with quantum logic, he strongly emphasized an operational underpinning of axiomatic concepts, and boldly went against any dogma, including quantum logic. He was probably the most colorful, entertaining, and especially the boldest scientist I ever have met, in many ways.

Prof. Bob Coecke – Oxford

Je connaissais Constantin depuis ma venue à Genève en 1965 afin d’y étudier pour mon doctorat sous la direction de Josef Jauch. Constantin était partiellement impliqué dans mon travail de thèse, et tout au long des nombreuses années qui suivirent nous étions assez souvent ensemble, surtout pour des discussions scientifiques, pour l’organisation de notre enseignement, pour les repas à midi – auxquels il tenait beaucoup, et lors de participations à des conférences.

Avant sa nomination comme professeur, et à nouveau depuis ma propre retraite, nous partagions un bureau à l’Ecole de Physique. J’ai toujours apprécié son savoir et son sens de l’humour assez original.

Une vie terrestre s’est achevée, et cela me rend toujours plutôt pensif. C’est réconfortant de savoir que sa tombe se trouve à un endroit calme et d’une grande beauté.

Prof. Werner Amrein –  Université de Genève

Au début des années 1960, quelques souvenirs d’étudiants que se remémore un ami de Constantin…

Dr Michael Reinhardt – médecin pédiatre

Ces quelques mots du Prof. Charles P.Enz reçus suite au décès de Constantin:

Pour Constantin Piron, mon collègue direct à Genève et mon ami, cadet de 7 ans, dont les idées me dépassaient souvent, en témoignage d’estime et d’attachement.

Prof Charles P. Enz, 1299 Crans-près-Céligny

Ton père était certainement un homme passionné, qui entre autre, a marqué plusieurs générations de physiciens. Comme tu le sais, j’ai eu l’occasion d’en faire l’expérience, bien que de façon limitée. Je garde bien la copie de son cours d’électrodynamique qu’il m’avait envoyée, après notre première rencontre chez Payot, alors que j’étais encore étudiant en première année au Poly. Je me rappelle bien aussi, comment il m’a « collé sur l’hypothèse ergodique » devant un auditoire rempli à l’université de Genève, lors d’une conférence, vers la fin de ma thèse ! Ton père par ses remarques inattendues, provoquait souvent la réflexion scientifique.

Nicolas Macris physicien EPFL

Extrait d’une lettre du 8 juin 2012 adressée à sa fille Françoise